La Voie du Cœur

Des repères, un processus pour sortir de la confusion et oser s’aventurer dans la tradition chrétienne des profondeurs
Andrée Herbin - Etre Présent - Psychanalyse

l’intention

Commencer cette année par pousser une porte longtemps fermée , car « raptée » par les églises ou groupes de toutes sortes qui prétendent qu’ils faudrait acquérir un certain nombre de comportements et de normes pour avoir accès au coeur profond . Il ne s’agit pas de normes , ni d’un chemin d’acquisition , même s’il y a sur le chemin des repères que la Tradition nous a transmis à travers l’expérience de grands mystiques ou de petites gens . Il s’agit de processus , d’intention .

Une spiritualité, une quête spirituelle n’est pas une morale , les deux ne s’opposent pas si par morale , s’ entend valeurs , respect de grandes lois de l’humanité .

Nous vivons une époque consumériste coupée du spirituel , dans laquelle les religions peinent à tenir une juste place, prises quelles sont entre un conservatisme désuet et une modernité mondaine , lâchant leur véritable transmission mystique .Fleurissent par retour du refoulé nombres de propositions de « salut » de « bonheur » avec des méthodes qui s’apparentent de fait plus à un développement personnel qu’à un chemin spirituel ,en cela qu’elles s’adressent essentiellement au niveau psycho-affectif et se proposent d’apporter des réponses à l’angoisse contemporaine et à la quête de « bonheur » et  » d’épanouissement »actuels .

Le niveau psycho-affectif est le lieu de connaissance de la structure du MOI . C’est l’histoire de notre construction psychique, émotionnelle,relationnelle à partir de la sséparation qu’est notre naissance . C’est l’espace dont l’investigation permet de comprendre comment un individu s’est construit en s’adaptant à l’environnement dans lequel il arrive . Cette Psyché , lieu d’interface entre le Soma et l’Esprit( ou Noos grec) est le miroir de l’inconscient et de ses différentes instances moi, ça,surmoi, autrement dits pulsions, codes sociétaux, et équilibre délicat pour devenir acceptable dans une culture .La psychanalyse écoute finement ce lieu où l’inconscient livre les secrets les plus censurés de l’individu , et de comment il s’est « tordu » pour être accepté par une famille, une société et faire face à ses traumatismes. Cette écoute permet au moi de s’assouplir, de trouver des défenses plus ajustées entre désir et sécurité . L’individu, devenu un Sujet reconnaissant le désir qui le traverse, peut mieux s’assumer et vivre sa vie plus pleinement en acceptant son incomplétude constitutive . Immense progrès que l’emmergence de l’individu qui sort du clan !

La quête spirituelle aborde les choses totalement différemment , puisqu’il ne s’agit plus du développement nécessaire de l’individu et de son équilibre psycho-affectif mais du sens de sa vie . Il ne suffit plus de répondre aux besoins du corps et de la psyché donc des sensations et des émotions pour être « heureux » . Et la question n’est d’ailleurs pas d’être heureux par des moyens divers et variés mais de rejoindre le lieu où l’existence devient conscience et service . C’est la quête d’une communion avec ce qui Est .

Ces trois plans et instances SOMA, PSYCHÉ, NOOS , sont étroitement liés en l’humain , interdépendantes , non séparables et cependant ne peuvent se confondre tant dans l’écoute de leurs besoins, désirs que dans la façon dont on en prend soin . Là où dans une quête matérialiste ,les besoins premiers demandent à être pris en compte, soignés , les désirs psycho-affectifs appellent eux à une relation non comme réponse à un besoin mais comme une rencontre . L’appel du spirituel exprime quant à lui le désir profond de l’humain de devenir Présence et Amour . Des demandes qui peuvent paraitre totalement contradictoires et c’est ainsi qu’elles ont été souvent présentées jusqu’à présent en opposant la voie du monde et la voie du ciel . Mais l’humain n’est pas fait que de matière, il est face à un Mystère qui demeure même si la Science érigée en nouvelle religion est en passe de nous dire qu’elle détiendrai La Vérité ! Les premières peintures rupestres nous le démontrent : l’humain est devant ce mystère , sa conscience de la mort l’appelle à autre chose qu’à suivre un chemin tout tracé et il n’a de cesse de tenter d’en dire quelque chose à travers l’Art et le Sacré intimement mêlés .

D’autre part , le paradoxe humain tient à ce qu’il vit à la fois un trés grand déterminisme et qu’il a une plasticité neuronale inhérente qui lui laisse « décider » de son chemin contrairement aux autres animaux qui sont essentiellement déterminés pour être ce qu’ils sont ! Sa condition de grand prématuré de l’évolution le laisse devant une certaine solitude existentielle puisqu’il « s’invente » en partie.Mais peut être pas indéfiniment et sans balise au risque sinon de s’ auto-détruire et de rester le grand prédateur qu’il est . La prédation comme réponse à l’angoisse ?

Une autre réponse à l’angoisse est sa traversée , et c’est là que les traditions spirituelles ont leur place . Dans le désarroi actuel , les occidentaux dans leur grande majorité se tournent soit vers les traditions orientales, soit vers des traditions animistes et chamaniques ou vers le New Age . Pourtant , même si toutes les spiritualités se rejoignent dans la mystique de l’Amour et de la Paix, leurs processus et pédagogies différent parfois du tout au tout . Que de voies diverses entre la dissolution de l’égo oriental, le mystère de l’incarnation chrétien , les pratiques énergétiques du chamanisme,le retrait de l’individu devant la communauté de l’islam , la place de la nature dans le shintoïsme . Chaque tradition a construit des repères et des pratiques qui permettent que l’ego cesse d’être le maître . La tradition mystique chrétienne orientale transmise par les écrits des Pères de l’église, les ermites du désert, les grands starets et quelques mystiques contemporains proposent de mettre le moi au service de la conscience et de laisser l’Esprit devenir chair en s’incarnant dans le corps .

L’exploration de la dimension somatique et psycho-affective appelle à une construction , une affirmation et à supporter la séparation . L’exploration de la vie spirituelle appelle un retournement , une mise au service et de l’égo qui se « souvient » de son âme dans la Présence . Il y des pièges sur ce chemin :il n’est pas possible d’explorer ces différentes instances de la même façon sauf à psychologiser le spirituel . Et il est plus opérant pour faire naître la conscience de suivre le chemin précis d’une tradition sauf à faire une bouillie spirituelle sans saveur .

A la croisée entre psychanalyse et foi ,je transmets quelques repères pour discerner entre psychique et spirituel , et approcher la merveilleuse pédagogie mystique du chemin du Cœur dans la tradition occidentale . Je la pense trés « synchro » avec notre époque et la nécessité de faire des liens vivants entre individu maintenant existant et collectif fraternel . Il y a urgence de devenir humain pour reprendre une place en cercle dans l’univers avec les autres espèces, les autres humains .D’autres textes viendront sur ce blog, un livre en cours d’écriture et des rencontres La Voie du Cœur .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *